Le grand marin, Catherine Poulain, Éditions de l’Olivier

Lili est une petite femme française qui vient de Manosque dans les Alpes-de-Haute-Provence. Une petite femme mais avec de grandes mains très fortes. Lili est une runaway, une femme qui ne veut pas vivre dans une maison, toujours à bouger, à parcourir le monde. Lili se retrouve dans l’île de Kodiak en Alaska, au sud d’Anchorage, à vouloir embarquer sur Le Rebel pour pêcher la morue noire et le flétan. Dans un univers d’hommes, exclusivement physique où la fatigue ne cède la place qu’à l’épuisement, à la douleur et parfois à la mort. Un monde où une femme n’a pas sa place sauf à vouloir toujours prouver qu’elle peut faire aussi bien que les autres. Lili dort sur le sol car on lui a pris sa couchette. Elle appâte les lignes des palangres avec des calamars pourris, les jette à l’eau, apprend à tuer les morues et à les éviscérer. À se battre avec des flétans qui peuvent atteindre deux mètres, à les tuer au couteau, à jeter leurs tripes à la mer. Elle se déchire les mains, grelotte dans le froid et l’humidité, manque de se faire défigurer et finit par se faire piquer par la nageoire empoisonnée d’un poisson. La douleur monte mais elle ne veut pas la signaler de peur perdre sa place. Proche de la mort, elle est débarquée pour être rapatriée à Kodiak. Soignée, elle retourne sur Le Rebel, un navire dont les marins ne gagnent rien une fois défalqués de leur salaire le prix du matériel perdu en mer et les amendes pour dépassement des quotas de pêche. Ils sont usés, vieillis mais n’ont pas le choix pour payer leur pension alimentaire ou simplement pour survivre. À terre, les quelques dollars gagnés sont dépensés dans des beuveries au côté des Indiennes qui squattent les bars. Lili a un rêve : aller à Point Barrow tout au nord de l’Alaska et profiter de ce bout du monde. « Foutaise » lui disent les autres marins, elle n’y verra rien d’autre que les derniers habitants abrutis par l’alcool et le speed. Lili n’ira jamais au bout du monde mais elle se rapproche de Jude, le grand marin. Si grand, si fort et si fatigué et qui voudrait lui faire un enfant. Mais elle n’en veut pas préférant à jamais repartir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*