Bienvenue au club, Jonathan Coe, Éditions Gallimard

Bienvenue dans l’Angleterre des années 70. Vous êtes à Birmingham seconde ville du pays à une époque où la lutte des classes et l’État providence sont encore de mise. Les mineurs sont toujours capables de multiplier les grèves, les coupures de courant se succèdent et le moment où le FMI viendra au secours des finances britanniques se rapproche. Le conflit irlandais se déplace au cœur de l’île avec ses attentats meurtriers. Le National Front est en embuscade. Benjamin Trotter, Philip Chase et Doug Anderton fréquentent le même lycée même s’ils ne sont pas du même milieu. On est conservateur dans la famille de Benjamin dont le père est cadre chez British Leyland. Fondamentalement travailliste chez les parents de Doug dont le père est le leader syndical de l’usine automobile. Et d’extraction modeste dans la famille de Philip. Nous allons suivre ces trois amis du lycée jusqu’à l’âge adulte. Découvrir leurs amours ainsi que la vie de leurs parents. Le lycée incarne dans le roman les traditions anglaises avec son club privé et des coutumes qui nous semblent sorties d’un autre monde. Les filles ne fréquentent pas le même établissement que les garçons et il n’y a qu’un élève noir élégamment surnommé « Banania ». Spécificité typiquement anglaise, on ne rigole pas avec le règlement du lycée. Tout élève oubliant son maillot de bain pour une séance de piscine doit y participer entièrement nu. Le dénommé Chapman vit très bien cette contrainte persuadé qu’il est d’être muni selon les jours d’une saucisse géante, d’une trompe d’éléphant, d’un Zeppelin ou d’un Toblérone XXL. Il semble même prendre plaisir à oublier sa tenue de bain et à parler pendant le cours de natation ce qui l’envoie automatiquement sur le plongeoir en guise de punition. La règle finit par être supprimée quand le proviseur du lycée reçoit cinq lettres de plainte parce que le plongeoir est visible de l’extérieur. Et une sixième qui lui demande le numéro de téléphone de Chapman. Benjamin, Doug et Philip ont des ambitions sur les mêmes filles comme Claire ou Cicely. Avec toutefois beaucoup moins de réussite pour Benjamin le plus introverti. Son rêve de conquérir Cicely, somptueuse blonde courtisée par l’ensemble des garçons, finira quand même par aboutir. Les parents se mêlent à leur histoire car le père de Doug a une liaison avec Miriam la sœur de Claire. Leurs étreintes torrides dans les douches de l’usine prennent fin avec la mystérieuse disparition de Miriam. La mère de Philip en pince aussi pour le professeur de dessin de son fils. Une grande partie du roman se déroule autour du journal du lycée où interviennent Benjamin, Doug et Philip qui ont tous les trois des ambitions littéraires. Le rock est présent partout. L’avenir est devant eux sans que l’on sache comment il va se dessiner. Margaret Thatcher n’est pas loin de gagner les élections et de transformer radicalement le pays. Mais l’amitié sera plus forte et nos trois compères continueront à se voir. Direction Le cercle fermé pour connaître la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*