Mathilde ne dit rien, Tristan Saule, Éditions Le Quartanier

Ce n’était pas gagné. Pensez donc, un libraire d’Auxerre qui a déjà publié s’attelle à un nouveau projet. Écrire dix romans se déroulant dans un même lieu, la place carrée, que l’on pourra lire dans un ordre indéterminé et dont les personnages vieilliront avec le temps. Il prend pour cela un pseudonyme, au revoir Grégoire Courtois bonjour Tristan Saule. Premier miracle, son éditeur le suit. Mais qui connaît en France Le Quartanier, une maison d’édition installée à Montréal ? Heureusement, leurs livres sont diffusés en France, et voilà que Mathilde ne dit rien le premier volume des Chroniques de la place carrée trouve des lecteurs chez nous. Au point qu’il est même réédité en poche dans la collection Folio policier. Bonne nouvelle le second volume, Héroïne, vient de sortir. Un vrai conte de fées ou plutôt de sorcières car ces romans sont noirs, très noirs. Et en plus très réussis.

Chez lui pas de héros, mais des personnages qui vivent avec leurs failles

Publié en 2021, Mathilde ne dit rien s’inscrit dans la suite de ce qu’on a appelé dans les années soixante-dix et quatre-vingt le néo-polar. Les romans écrits après ceux de Manchette par Thierry Jonquet, Didier Daeninckx, Frédéric Fajardie et d’autres qui racontaient la société de leur époque. On a souvent dit sur ce blog tout ce que Jonquet avait apporté à la littérature française, par exemple dans Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte. Tristan Saule est peut-être de cette trempe, par la manière dont il attrape les lecteurs en lui racontant la précarité la plus banale. Chez lui pas de héros mais des personnages qui vivent avec leurs failles, certains avec honnêteté, d’autres sans aucune morale. Mathilde ne dit rien c’est un portait d’une petite ville comme il y en a tant. Pas une cité dévastée par le chômage, une commune où les pauvres habitent autour de la place carrée alors que ceux qui s’en sortent mieux se sont installés en périphérie. C’est l’histoire banale d’une famille qui va être expulsée pour ne pas avoir payé son loyer. Ils ne sont pas les seuls dans leur cité, mais eux sont d’une totale bonne foi. Est-ce suffisant en 2021 pour s’en sortir ?

Elle voit défiler les paumés et les escrocs qui réclament de l’argent aux frais du contribuable


Ils vivent à la sortie du village, tous les services de ville, pas encore vraiment la campagne. Un lotissement où on ne se parle pas. Gaëlle, épouse de Jean-Philippe, mère de la petite Alice, employée au cabinet médical, hésite à ouvrir sa porte à la personne qui a sonné. Une grande femme, peut-être la cinquantaine, équipée d’une combinaison que portent les hommes dans les bouches d’égout. Elle est du genre à se faire peur Gaëlle, à imaginer le pire surtout quand elle est seule à la maison. Et puis elle lui ouvre quand elle apprend au travers de son triple vitrage que cette technicienne qui pose la fibre vient accidentellement de la priver de sa connexion. Car comme le dit un personnage du roman « Quand t’as plus la télé, plus internet, le mec qui vient réparer, tu lui ouvres la porte, tu lui paies le thé, tu lui donnes ta sœur! ». Quand Mathilde rentre, Gaëlle ne sait pas que cette forte femme est venue exiger que son mari paye son dû à Mohammed. Immédiatement.

Dans les pavillons du lotissement, un découvert bancaire annule les vacances en Corse

Dans la vie Mathilde distribue l’aide sociale au sein du conseil général. Elle voit défiler les paumés et les escrocs qui réclament de l’argent aux frais du contribuable. Souvent elle prend en charge ceux qui habitent autour de la place carrée où elle habite en les aidant à monter des dossiers administratifs. Mohammed et Nadia sont ses voisins de HLM. Mohammed s’est fait avoir en posant au black du comblanchien sur la terrasse et autour de la piscine de Jean-Philippe. L’agent immobilier qui roule en BM, le gilet jaune pose sur le tableau de bord, lui a demandé d’acheter lui-même cette pierre de Bourgogne avant de refuser de le payer. Mohammed s’est endetté pour ce chantier. Dans les pavillons du lotissement, un découvert bancaire annule les vacances en Corse. Chez Mohammed et Nadia il les envoie à la rue car ils vont être expulsés. Insupportable pour Mathilde qui va tenter de les sortir de la mouise. Mais cette ancienne judokate qui fréquente encore la salle de sport est beaucoup moins solide que ses muscles le laissent penser.

La collaboration entre Le Quartanier et Grégoire Courtois

Qu’en dit Bibliosurf ?
https://www.bibliosurf.com/Mathilde-ne-dit-rien.html#recherche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*