Collapsus, Thomas Bronnec, Éditions Gallimard

Pierre Savidan était arrivé au pouvoir par hasard. C’est du moins ce que disaient ses opposants. Il avait pourtant été élu quatre ans plus tôt à la présidence de la République, avec 50,5 % des voix face à Violaine Roy la candidate issue des décombres du Rassemblement national et des Républicains. Aucun argument juridique ne pouvait contester sa légitimité, et surtout pas le petit nombre de voix dont il avait bénéficié. L’époque était à la défiance et à la disparition des partis dits de gouvernement. Savidan n’avait rien d’un homme politique. Celui que certains qualifiaient de gourou venait du monde associatif où il avait œuvré pendant vingt années. Il y avait certes un peu dérapé en promouvant une alimentation saine plutôt que la médecine traditionnelle. Mais c’était il y a longtemps et il s’en était excusé. Il avait aussi gagné beaucoup d’argent avec ses stages et tout ce qu’il vendait sur son site. Pour dire la vérité il avait été élu parce qu’il était celui qui faisait le moins peur. Il avait également séduit en annonçant qu’il protégerait l’environnement. Il s’y attela en instaurant le 100 % bio dans les cantines et en investissant dans l’isolation des passoires thermiques et les mobilités douces. C’est ensuite que tout avait démarré. Sa stratégie nationale d’élimination du carbone avait provoqué une effroyable récession. En privilégiant les circuits courts, en taxant les exportations pour économiser le CO2, elle avait freiné les PME qui devaient faire tourner leurs groupes électrogènes quand l’électricité était coupée suite à l’arrêt des centrales nucléaires. C’est alors qu’était apparu le Scoring écologique individuel qui mesurait l’engagement des citoyens dans le nouveau projet collectif de la nation. Il n’était pas obligatoire car le Conseil constitutionnel s’y était opposé. Mais quand on était bien noté on payait moins d’impôts ce dont tout le monde avait envie. On pouvait toutefois « récupérer » ses points en allant étudier les bonnes pratiques dans des centres de rééducation : covoiturage, nocivité des voyages en avion, réduction de la consommation de viande. On expliqua ensuite combien il était mauvais de faire des enfants. Puis le pays se crispa et tout dérapa.

On pense à Trump, au mouvement cinq étoiles italien et aux partis d’extrême droite ou néofascistes transalpins

Thomas Bronnec creuse depuis longtemps son sillon d’auteur dont les personnages gravitent autour du pouvoir. Les initiés, En pays conquis, La meute ont été présentés sur ce blog. Il réitère avec ce roman d’anticipation qui nous fait tutoyer l’horreur. Comme dans sa trilogie, Bronnec s’inspire de ce qu’il observe de ses yeux de journaliste. On peut lire Collapsus comme une dénonciation des Amish et des Khmers verts, en expliquant que le projet écologique est attentatoire aux libertés. Mais ce serait trop réducteur. Le roman traite tout autant de l’accession au pouvoir de personnages qui profitent de la décomposition du monde politique. On pense à Trump, au mouvement cinq étoiles italien et aux partis d’extrême droite ou néofascistes transalpins. Le récit fait réfléchir sur les institutions françaises de la Ve République. Stables, qui ont su s’adapter à tant de changements politiques, mais qui comportent en leur sein un article 16 tellement inquiétant. Collapsus c’est également une réflexion sur toutes les faiblesses, bassesses, trahisons de nos dirigeants. C’est le récits des combats entre les lignes dures incarnées dans le roman par Fanny Roussel, une conseillère occulte de Savidan. Et les tendances plus conciliantes représentées par Lisa Viansson, une prise de guerre de Savidan éjectée du gouvernement précédent et qui a rejoint la dynamique du nouveau pouvoir pour se venger. Vous y ajoutez une bonne dose de sexe, déjà bien présente dans La meute et vous vous trouvez devant une question quasi insoluble. Peut-on transformer la société pour son bien en franchissant la ligne jaune des libertés publiques, compte tenu des comportements humains ? Réponse attendue dans les plus brefs délais, la catastrophe climatique s’annonçant jour après jour toujours plus certaine.

Qu’en dit Bibliosurf ?
lhttps://www.bibliosurf.com/Collapsus.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*