Un cœur sombre, R.J Ellory, Éditions Sonatine

« Si Vincent Madigan ne tua pas le type, c’est parce qu’il ressemblait à Tom Waits. OK, il était polonais et s’appelait Bernie Tomczak, mais il ressemblait tout de même à Tom Waits. Comme si Tom Waits s’était tapé une fille de l’Est et que ça avait donné ce connard. ». Ainsi débute le neuvième roman d’Ellory publié en France et le quatrième dont on vous parle dans Surbooké. Toujours aussi sombre, toujours à traquer le bien et le mal sans jamais parvenir à les différencier. Un cœur sombre est un polar qui se déroule à East Harlem, un quartier où sévit le gang de Sandià. Où personne ne voit jamais rien de peur d’en payer les conséquences. Où la modernisation de la ville n’est pas encore arrivée. Vincent Madigan a la mauvaise idée d’y braquer l’argent du caïd local pour se libérer de ses innombrables dettes. Il était écrit que l’histoire se finirait mal pour cet inspecteur de police qui survit de combine en combine, consommant force doses de tranquilisants, d’excitants et de drogues pour finir ses journées. Abusant du Jack Daniel’s pour oublier qu’il ne voit plus aucun de ses quatre enfants. Madigan abat ses trois comparses, maquille ses meurtres en règlement de compte et disparaît avec le butin. Quand la rumeur se répand au commissariat qu’un quatrième homme pourrait être impliqué, il se retrouve pourchassé par Sandià qui veut récupérer son argent. Et surveillé par Duncan Walsh qui travaille aux Affaires internes, une sorte de police des polices. Il lui faut gagner du temps. Mais on n’échappe pas à son destin dans les romans d’Ellory.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*