Les Sauvages (tomes 3 et 4), Sabri Louatah, Éditions Flammarion

On les plaint ceux qui ont dû attendre des années la fin de la saga. En guise de résumé des deux tomes précédents, on retrouve les Nerrouche au début du tome trois. Ils s’apprêtent à fêter Noël quelques mois avant les événements qui allaient les faire vaciller. Nazir est là parce que Fouad est sur un tournage au Maroc. Nazir a fourni de quoi acheter tous ces mets hors de prix dont les Français semblent raffoler pour les fêtes : saumon, foie gras, dinde, marrons et même caviar. Les retrouvailles ne sont pas gâchées par la panne de courant qui intervient dans l’appartement de Rabia, et qui contraint les convives à migrer chez Dounia. Place à la suite. Idder Chaouch nouvellement élu vient de se réveiller après sa tentative d’attentat. On s’inquiète de son état de santé et plus précisément des premiers mots qu’il prononce à son réveil. Chaouch a parlé chinois. Son cerveau serait-il définitivement atteint ? Les émeutes font rage parce que le candidat socialiste avait fait rêver les foules. Cette seconde partie de la saga est celle du combat des forces du mal contre la démocratie. De Nazir l’ennemi public numéro un qui a tenté de s’opposer à l’élection du premier président de la République d’origine algérienne. Mais aussi de tous ceux, ministres, policiers, juges, partis politiques, prêts à tout pour conserver le pouvoir. Sabri Louatah se rapproche ainsi de ce qu’avait fait Marc Dugain dans L’emprise.

Les Sauvages c’est un portrait magnifique de ces Français issus de l’immigration

La Droite nationale a vampirisé le ministère de l’Intérieur. Elle manipule les services  de renseignement, bloque les enquêtes policières, et elle peut compter sur des magistrats aux ordres. Le juge Rotrou dit l’Ogre, un dur forcément un dur, récupère le dossier aux dépens du juge Wagner. Rotrou, un fanatique du karcher, pour qui tout ce qui vient du Maghreb rime avec terrorisme. Un des téléphones de Nazir contiendrait des éléments intéressants? Il est classé secret défense. Un de ses proches pourrait être arrêté ? On lui vient en aide. Heureusement la famille Nerrouche bénéficie des services du grand avocat Maurice Szafran, mais sa tâche paraît impossible. Deux personnages émergent dans cette seconde partie : Idder Chaouch et Fouad Nerrouche. Chaouch est fort dans l’adversité, lucide malgré les désaccords de son entourage, tout en restant disponible pour sa fille Jasmine. Chaouch symbolise la réussite que l’on aurait pensée impossible. Chaouch c’est tout sauf la victoire de la gauche contre la droite, c’est une réussite individuelle. Un peu comme celle de Louatah qui explique « qu’il s’est fait tout seul» en dépit de l’école de la République. Fouad qui a pris du gallon en devenant conseiller officieux de Chaouch, ce sont les racines stéphanoises de Louatah. Les Sauvages c’est un portrait magnifique de ces Français issus de l’immigration, tiraillés entre leur appartenance à ce pays et le rejet auxquels ils doivent éternellement faire face. En témoigne cette interminable liste de noms inventés par les Français pour insulter les Arabes. Les bicots, les gris, les bougnoules, les arbis, les moricauds, les sidis, les rebeus, les biques, les barbichons, les ratons … Les Sauvages ce sont des hommes et des femmes tentés par le retour à la religion alors qu’ils ont grandi dans une famille laïque. C’est l’histoire de la fusion de la droite et de l’extrême droite quel qu’en soit le coût. C’est la violence de la société française. C’est ce que nous vivons aujourd’hui dans un roman dont l’édition a débuté il y a dix ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*